Vitraux Cocteau et 13 701 endroits à voir avant de mourir

Le Républicain Lorrain  du 17 mai 2018

SAINT-MAXIMIN parmi les 13 701 endroits à voir avant de mourir

32686191 10216747126738657 9000782784054165504 n

Atlas Obscura, le guide ultime des voyageurs curieux, a placé l’église Saint-Maximin et ses vitraux signés Jean Cocteau sur sa mappemonde. L’édifice messin fait ainsi partie des sites mondiaux à voir sans faute avant l’absolution finale.

Plateforme collaborative américaine et magazine numérique décliné sur papier qui revendique près d’un million de visiteurs quotidiens. Atlas Obscura  est un peu la bible des globe-trotters en quête d’absolu et d’insolite.

Un genre de super-guide touristique pour explorateurs avides de lieux aussi étranges qu’introuvables sur les routes balisées.

The definitive map

Chaque année depuis 2009, ses fondateurs éditent la « carte définitive des sites extraordinaires du monde » (The définitive map of the world’s extraordinaire sights, en version originale).

Cette mappemonde entièrement nourrie par les contributeurs du site et supervisée par l’équipe rédactionnelle d’Atlas Obscura recense cette année 13 701 sites plantés sur la croûte terrestre qu’il ne faut manquer sous aucun prétexte.

La carte est en constante évolution et une vie ne suffirait pas en faire le tour.

Néanmoins 13 701 endroits c’est beaucoup et très peu rapporté à l’échelle de la planète. C’est dire que faire partie de cette liste restreinte consultée par le monde anglophone, confère une certaine aura, quelque part.

Alors, quand Metz est la seule ville du sillon lorrain à y figurer aux côtés de sites aussi bizarres que la baie aux calamars flurorescents de Toyama au Japon, la tempête éternelle du lac Maracaibo au Venezuela, des écorchés de Pragonard du musée de l’Ecole nationale vétérinaire d’Alfort ou encore des ponts de racines tressées de Cherrapunjien en Inde, on peut se laisser aller à bomber le torse.

Entre Nancy et Metz

Entre Luxembourg et Nancy, Atlas Obscura n’a retenu que l’église Saint-Maximin, situé dans le quartier Outre-Seille, pour ses extraordinaires vitraux  signés Jean Cocteau.

Allez comprendre, pas de centre Pompidou, de place Stanislas, de cathédrale Saint-Etienne sur la carte.

L’incongru se cache derrière les portes de l’édifice construit entre le XII ° et le XV° siècle.

L’église accueille les seuls vitraux répertoriés de l’artiste Jean Cocteau. Installés à la fin des années 1960 d’après les dessins du peintre littéraire datant de 1962, ces vitraux sont considérés comme le dernier chef-d’oeuvre de Jean Cocteau puisqu’ils ont été réalisés pour l’essentiel après son décès le 11 octobre 1963.

Un chef-d’oeuvre de Cocteau

C’est le fils adoptif de Jean Cocteau, Edouard Dermit, qui supervisera le chantier de Saint-Maximin.

Pour la petite histoire, l’église fut considérée comme un lot de consolation pour Jean Cocteau qui avait proposé ses travaux à l’origine pour la cathédrale Saint-Etienne où Bissière, Villon et Chagall lui furent préférés.

Recalé, Jean Cocteau gagnera finalement au change puisque Saint-Maximin lui sera toute entière livrée comme terrain d’expression.

La revanche de l’artiste total, ce sont quatorze baies, soit vingt-quatre  fenêtres, louées  pour leur immense valeur artistique.

Une oeuvre magistrale  qui n’a pas échappé aux radars d’Atlas Obscura.

Thierry FREDRIGO

 

 

Though the Église Saint-Maximin dates back to the 12th century, it is mostly unremarkable as far as medieval European churches go. That is other than its remarkable stained glass windows, which were designed by the avant-garde artist Jean Cocteau.

In 1960, Cocteau was commissioned to create the 24 stained glass windows for the Église Saint-Maximin. This was not the artist, writer, poet, and filmmaker’s first creative endeavor within a church (he had painted murals from the life of Saint Peter on a chapel in Villefranche-sur-Mer) but it was his first time working with stained glass. It would be his last time as well, as this would be the final project at the end of his life.

Cocteau designed the windows around the theme of immortality, though the message of each image is not immediately clear. The artwork is abstract, and its cubism and blue hues have been compared to Chagall and Picasso, both of whom were contemporaries of Cocteau. The human figures are jagged and primitive like cave paintings, while the plants and vines swirl organically through the stained glass scenes. A figure that Cocteau compared to a “shaman” reaches towards the heavens.

The windows initially drew controversy, as they were significantly more experimental than the stained glass in most Catholic churches, which usually feature Baroque depictions of Biblical events. None of the images on the windows of Église Saint-Maximin are even overtly Christian, but the project came just after Cocteau had reverted to Catholicism again in the last years of his life. His spirituality was very open though, and he was fascinated by the role of myth in religion. He imagined the church space as a door through which to transcend from the profane and everyday into divine beauty, and designed his stained glass windows to facilitate such an experience.

 

https://www.atlasobscura.com/places/eglise-saintmaximin-stained-glass-windows